plateforme culturelle et musicale
FICHES

 

 

Quelques albums

- Fireside Favourites
- Incontinent
- Under The Flag
- Gag
- Easy Listening
  The Hard Of Earing
- Snakes And Ladders
- Civilian
- Tyranny And The Hired
  Beat
- Grand Union
- Worried Men
  In Second Hand Suits
FAD GADGET / FRANK TOVEY

En 1975, Frank Tovey s'initie aux performances scéniques essentiellement improvisées à l'école artistique de Leeds. Ses études terminées, il décide de se lancer dans une carrière musicale. Il profite de l’explosion punk pour mettre en chantier une démarche artistique entièrement neuve. Les jeunes artistes et consommateurs de musique de l’époque bannissaient les grands groupes des seventies devenus trop sophistiqués, trop techniques, trop savants. L’heure est à la musique basique, primaire, anarchique, parfois destructrice. Elle devient graduellement électronique et dansante. Bien que déjà utilisé par les musiciens avant-gardistes du mouvement Krautrock, le synthétiseur s’impose donc comme l’instrument de prédilection de la nouvelle vague à venir. Frank Tovey suit le chemin de l’électronique, choisit le piano électrique, le synthé, la boîte à rythmes, et commence à écrire ses premières chansons.

Le parcours de Frank Tovey ne peut s’écrire sans évoquer sa rencontre plus que primordiale avec Daniel Miller. Ce dernier, musicien à ses heures, gage de publier lui-même son 1er single sous le nom de « The Normal » (avec les titres « TVOD » – « Warm Leatherette »). Pour se faire, il crée le label « Mute », aujourd’hui connu pour avoir produit un bon nombre de formations des années ‘80. Frank Tovey, voulant se faire connaître mais sous un pseudonyme, s’arrête sur « Fad Gadget ». Il préférait un nom qui sonne comme celui d’un groupe bien qu’il serait, dans un premier temps, seul à jouer, en studio ou sur scène. David Miller, séduit par sa musique, le signe en 1979. Le premier single de Fad Gadget, « Back To Nature », devient, tout logiquement et pour la petite histoire, la deuxième réalisation du label « Mute ».

Deux autres singles se succéderont : « Ricky’s Hand » et « Fireside Favourites ». Les premières réalisations annoncent clairement la direction prise. Il faut savoir qu’à la toute fin des années ’70, les consommateurs de musique se classifient en deux genres. Les uns, plus rares et intellectuels, aiment la musique électronique, la technologie, l’expérimentation des « Human League » ou autres « Cabaret Voltaire ». Les autres, plus nombreux, dans la norme, ingèrent la musique sommaire, toujours violente des « Sex Pistols » et autres groupes « punks ». Frank Tovey, lui, écrit de façon à satisfaire et réunir ces deux publics aux goûts musicaux sans conteste diamétralement opposés.

Le premier album de Fad Gadget sort en septembre 1980. Intitulé « Fireside Favourites », du même nom que le single qui le précède, il est construit dans un style musical fondamentalement minimaliste, répétitif, froid et synthétique. Force est aussi de constater que les textes ne sombrent pas dans l’écriture facile de la chanson à succès. Ils sont plutôt engagés, protestataires et donnent à l’album une ambiance générale qui vire au noir, à la violence et au désespoir. Si Fad Gaget est apprécié pour la qualité de ses "lyrics", il devient aussi un sujet de curiosité grandissante pour ses prestations scéniques hors du commun. L’expression corporelle prend des tournures chorégraphiques choquantes, brutales, voire même sanglantes. Il arrive même que notre chanteur doive annuler des dates ayant trop tourmenté son corps lors du concert de la veille.

Un premier album en appelle un deuxième. « Incontinent », sorti en 1981, emprunte des chemins inattendus et déroutants. Les morceaux se suivent mais restent fondamentalement étrangers les uns par rapport aux autres. La pop fréquente l’innovation jusqu’à créer des climats plus que de la musique. Les arrangements sont travaillés, creusés. La batterie et les percussions, assurées par des artistes confirmés, sont très présentes et laissent peu ou plus de place à la boîte à rythmes moins authentique. La guitare et la basse font leur retour dans le monde électronique de Fad Gadget.

L’année suivante, Frank Tovey réalise « Under The Flag ». Ce nouvel album ressemble en tous points à son prédécesseur mais est formellement électronique. Les chœurs y ont une présence accrue. Considéré comme un chef-d’œuvre par la critique, il appartient au monde de l’expérimentation.

Après quelques tournées, Fad Gadget se remet à l’écriture. « Gag » est en vente dans les bacs à partir de 1984. Cet album parie sur le côté « industriel » de la musique, une tendance qui commence à se populariser à vive allure. Le succès de cet album est dû au single qui en est tiré et qui fait mouche à sa sortie : « Collapsing New People ».

Frank Tovey abandonne le concept Fad Gadget après quatre années de bons et loyaux services et s’attaque, sous son propre nom, à la musique expérimentale pure. De cette aventure paraîtra « Easy Listening For The Hard Of Earing », un album qui met en association toute une collection de « bruits ».

Décidé à renoncer irrémédiablement à Fad Gadget au profit de Frank Tovey, notre artiste entame une carrière solo qui marque un revirement dans les choix musicaux qu’il s’impose.

De cette carrière, trois albums sont à retenir :
- « Snakes And Ladders » (1986) : qui répudie la musique électronique au profit du rock classique.
- « Civilian » (1988) : qui réintroduit l’électronique mais dans des compositions toujours traditionnelles du rock.
- « Tyranny And The Hired Beat » (1989) : qui est on ne peut plus folk. Véritable hommage à Bob Dylan, il est enregistré en compagnie de Lou Reed.

En 1991, Frank Tovey embauche plusieurs musiciens et monte la formation « The Pyros », une association exclusivement « folk ». Deux albums se succéderont : « Grand Union » et « Worried Men In Second Hand Suits ».

Mais les démons du passé resurgissent et quelques années après avoir dissout « The Pyros », nous sommes en 2001, Frank Tovey renoue avec la musique électronique. Dans un premier temps, il produit le groupe autrichien « Temple X ». Il envisage ensuite de réactualiser le concept « Fad Gadget » avec les musiciens autrichiens. Entre-temps, une compilation « Best Of … » est imprimée et offre à Frank Tovey une tournée européenne en première partie de « Depeche Mode ». Les plus grandes salles lui sont désormais ouvertes. Le moment est alors venu de proposer un nouvel album qui malheureusement ne verra jamais le jour. Frank Tovey, fragile du coeur depuis sa naissance, décède le mercredi 3 avril 2002 d’une crise cardiaque. Il avait quarante-six ans.

MH
RECHERCHE AUDIOTHEQUE F
www.metaxial.net
HOME